Le bien-être comme agent pathogène

Attendre le vendredi, sursauter lorsque le réveil sonne le matin, attendre des nouvelles de ses amis, de sa famille. Se repasser sans fin dans la tête la liste des choses à faire, se dire qu’on n’a jamais le temps. Se demander constamment comment résoudre une problématique. S’inquiéter pour le petit dernier, pour la grand-maman, pour son conjoint. Cela vous arrive-t-il ? Eh bien toutes ces choses qui meublent notre quotidien, et dont on n’a souvent pas conscience, vont venir plomber votre bien-être. Comme des couches de poussière invisible qui surchargent votre être.

 

Et c’est contagieux. Même si vous n’en parlez pas et gardez affiché votre sourire, votre mal-être intérieur va dégager une énergie lourde qui risque de se répercuter sur les personnes que vous croisez, que vous fréquentez. Bien contre votre gré.

Alors comment être bien ? Tout comme faire le ménage ou prendre une douche, il s’agit d’entretenir notre hygiène mentale et émotionnelle en prenant conscience des pensées qui vous habitent, et de les remplacer par des pensées positives.

 

Il convient aussi de faire un état des lieux de notre bien-être, afin de prendre conscience de nos propres mécanismes « polluants », car les bonnes graines semées au milieu des mauvaises herbes risquent d’étouffer.

 

C’est une des spécificités de mes accompagnements : faire un état des lieux de votre bien-être, déceler et enlever les mauvaises herbes, re-semer les graines de bien-être, apprendre à l’entretenir. Ainsi, votre qualité de vie se trouvera refleurie et votre bien-être pourra devenir contagieux pour le bonheur de tous.

Quelle que soit l’étape où vous vous situez, je vous guide sur le chemin de votre propre bien-être. Je vous reçois à Vevey ou Fribourg, ou en consultation vidéo où que vous soyez.

 

Alors, comment deviendrez-vous un futur agent pathogène du bien-être ?

 

Témoignages :

Avec l’aide de Catherine, j’ai appris à clarifier davantage les ressentis qui me traversaient ainsi que mes pensées. Etre là, dans ce que je suis, dans ce dont j’ai besoin, à l’écoute de moi-même. Laisser la place au lâcher prise me sers tous les jours. En aucun cas nous n’abandonnons qui nous sommes, nous lâchons simplement ce que nous serrons fort dans nos poings et laissons la place à une forme de fluidité. Merci ! R.H

 

Lors de cette séance, Catherine a spontanément relevé une tension plus profonde liée à une quête spirituelle de longue date ce qui m'a incité à la revoir à ce sujet. Son aide a été pertinente, une étape importante de mon voyage intérieur et sans doute pas la dernière. Jean-Marc